Malizia et Pierre Casiraghi poursuivent leur progression

0

Ils s’étaient alignés au départ avec la ferme intention de rester dans le top 5 au classement général provisoire de la saison 2016. C’est désormais chose faite.

A l’issue de l’avant-dernière étape, qui se courrait ce week-end, à Sotogrande en Espagne, Pierre Casiraghi et son équipage de Malizia pointent à la 4e place sur les 11 équipages inscrits et confortent leur première place dans la catégorie « Armateur / barreur ». Cette régate en Andalousie a été marquée par la domination sans conteste du team français de Norauto de Franck Cammas. Sur les 15 manches courues en quatre jours, l’équipage emmené par Adam Minoprio s’est imposé à dix reprises et remporte l’épreuve avec 20 points d’avance sur Team Tilt.
Petite déception toutefois pour le catamaran à foils du Yacht Club de Monaco, qui ne finit que 6e de cette étape, malgré une belle victoire de manche, une manche de 2e, de 3e et quatre de 4e… Preuve de tout le potentiel de cet équipage, nouveau venu dans la série, barré par Pierre Casiraghi et entouré de Sébastien Col, Boris Herrmann, Richard Mason et Alister Richardson.

Pierre Casiraghi et Sebastien

Pierre Casiraghi et Sebastien

« Pour notre première saison en GC32, c’est le métier qui rentre. Je dois continuer à progresser, notamment dans les phases de départ. J’ai la chance de naviguer aux côtés de coureurs très expérimentés et je dois être encore plus attentifs aux consignes de Seb. 
Avec seulement un point d’avance sur les Suédois de Gunvor (5e), les Français de Team Engie (6e) et les Américains de Argo (7e), la dernière étape à Marseille (13-16 octobre 2016) s’annonce décisive et très disputée. Cela va être pour nous un vrai défi de pouvoir conserver cette 4e place, mais tel est maintenant notre objectif ». confie Pierre Casiraghi

En véritable passionné de Yachting, Pierre Casiraghi va rejoindre la baie de Pampelonne pour participer, dès mardi, aux Voiles de Saint-Tropez, où il barrera Tuiga (1909), le vaisseau amiral du Yacht Club de Monaco. Pour l’occasion, il a convié certains membres de l’équipage de Malizia, pour leur faire découvrir la navigation à l’ancienne sur un 15 M JI, véritable bateau de course, qui certes ne vole pas, mais dont le niveau d’exigence est tout aussi comparable.

[themoneytizer id=”3023-1″]

Partager

Laisser un commentaire