L’OPÉRA DE MONTE-CARLO présente LÉO NUCCI

0

OPÉRA DE MONTE-CARLO DIMANCHE 11 MARS 2018 – 15H

LEO NUCCI en concert : Grand baryton verdien dont la carrière dure maintenant depuis 50 ans, Leo Nucci est régulièrement invité à se produire à l’Opéra de Monte-Carlo.

Défi au temps qui passe, chanteur au style idiomatique, bête de scène et voix d’airain, Leo Nucci est tout cela à la fois.
Originaire de Bologne, le baryton fait ses débuts en 1967 dans le rôle de Figaro (Il barbiere di Siviglia) au Teatro Lirico Sperimentale de Spoleto en Italie. C’est le premier d’une longue liste de personnages qu’il incarne et marque de sa personnalité sur les plus grandes scènes internationales : Arènes de Vérone,
Teatro Regio de Parme, Covent Garden de Londres, Staatsoper de Vienne, Metropolitan Opera de New York, Opéra de Zurich…

Durant sa carrière, il a interprété Rigoletto, son rôle fétiche, à plus de 500 reprises, déchaînant à chaque fois l’enthousiasme du public.
Après avoir triomphé sur la scène de l’Opéra de Monte-Carlo ces dernières années dans Pagliacci et Nabucco, Leo Nucci offre au public monégasque un après-midi dédié aux oeuvres de Giuseppe Verdi. Les grands airs du répertoire se mêleront aux mélodies subtiles et charmeuses pour le plus grand bonheur des cinq cents spectateurs que contient la salle Garnier.110-Nucci2_HD_RobertoRicci - NB

Leo Nucci est né à Castiglione dei Pepoli, près de Bologne, en 1942. Il débute en 1967 dans Le Barbier de Séville au Teatro Nuovo de Spolète. En 1973, il chante son premier Rigoletto, rôle qui marquera l’ensemble de sa carrière : à ce jour, Leo Nucci l’a interprété lors de 530 représentations et c’est sur la scène de la Staatsoper de Vienne qu’il le chante pour la 500e fois, le 4 avril 2015. Il débute l’année 2018 sur la scène du Teatro Regio de Parme en l’incarnant à nouveau. En 1977, il remporte un succès mémorable à la Scala, en Figaro (Le Barbier de Séville) dans la mise en scène de Jean-Pierre Ponnelle. Il ne cessera dès lors d’être l’invité de ce théâtre, où ses incarnations de Rigoletto, Germont (La Traviata), Amonasro (Aida), Simon Boccanegra, Macbeth, Jago (Otello) ou du Comte de Luna (Le Trouvère) l’ont consacré comme l’un des barytons verdiens majeurs de sa génération.
Invité régulier des plus grandes scènes mondiales, de la Staatsoper de Vienne au Metropolitan Opera de New York, en passant par le Covent Garden de Londres ou les Arènes de Vérone, il a enregistré de nombreuses intégrales d’opéras sous la direction de chefs comme Herbert von Karajan, Georg Solti, Carlo Maria Giulini, Claudio Abbado, Lorin Maazel, Riccardo Chailly ou Riccardo Muti. Au cinéma, on a pu voir Leo Nucci dans Macbeth (Festival de Cannes – 1987) et Le Barbier de Séville. Il s’attache à transmettre son expérience de la scène aux jeunes générations en guidant leurs pas dans ses mises en scène de Luisa Miller (2013), L’elixir d’amour (2014), L’amico Fritz (2015), Un bal masqué (2016) et Simon Boccanegra (2017). La saison passée, Leo Nucci s’est produit notamment dans Nabucco à Vienne, La Traviata à la Scala de Milan aux cotés d’Anna Netrebko, à Palerme, à Berlin, à Munich et en tournée au Japon. A Piacenza et Modène, il a célébré ses 50 ans de carrière lors de quatres galas exceptionnels.

À l’Opéra de Monte-Carlo, il a chanté Rigoletto (1995), Pagliacci (1996 et 2015), Simon Boccanegra (1997), Un bal masqué (1998), I due Foscari (2002) et Nabucco (2016).

Ensemble dans un concert proposant des airs et mélodies de Verdi.
Un disque a notamment été enregistré : Kings & Courtiers, Great Verdi Arias en 2014 chez Opus Arte.
Plus d’informations : www.opusarte.com110-Leo + musicisti

Baryton Leo Nucci
ITALIAN OPERA CHAMBER ENSEMBLE
Pierantonio Cazzulani Violon
Lino Pietrantoni Violon
Christian Serazzi Alto
Massimo Repellini Violoncelle
Stefania Belotti Clarinette
Davide Burani Harpe
Paolo Marcarini Piano et arrangements

PROGRAMME :

VERDI  : Brindisi (issu des Arie de camera)
TOSTI  : Malìa – Donna vorrei morir – Non t’amo più
MARCARINI  : Première valse (d’après Tosti) / orchestre
BUZZI-PECCIA Lolita
MARCARINI Le donne di Donizetti (d’après Donizetti) / orchestre
VERDI  : L’esule (issu des Arie camera)

Entracte

VERDI  : I due Foscari – O vecchio cor che batti
MARCARINI  : Aida – Amore, Patria, Morte (d’après Verdi) / orchestre
VERDI  : Rigoletto – Pari siamo – Macbeth – Mort de Macbeth
MARCARINI  : Nocturne de Falstaff (d’après Verdi) / orchestre
VERDI  : Un ballo in maschera – Eri tu – Don Carlo – Air et mort de Rodrigue
ITALIAN OPERA35-CARRÉ - Adresse location - site opera de monte carlo35-CARRÉ - Contact Grimaldi Forum - site opera de monte carlo

Partager

Laisser un commentaire