Escale du navire de recherche André Malraux en Principauté

0

S.A.S. le Prince Albert II, accompagné du Ministre d’Etat S.E.M. Serge Telle et d’une délégation de hauts représentants du Gouvernement princier et des institutions monégasques liées à la mer, à la science et à la culture, a visité l’André Malraux, navire de recherche du Département de recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines français.

Cette visite s’inscrit dans une tradition séculaire pour Monaco. Le Prince Albert Ier a été, à l’aube du XXème siècle, un ardent défenseur de l’océanographie et de l’archéologie, sciences grâce auxquelles il entendait percer les mystères des origines de la vie et de l’homme. Il a personnellement mené de nombreuses recherches dans ces disciplines et a fondé tant l’Institut océanographique que l’Institut de paléontologie humaine. Aujourd’hui, le Musée océanographique et le Musée d’anthropologie préhistorique restent des hauts lieux de la culture en Principauté.

Un demi-siècle plus tard, le Commandant Jacques-Yves Cousteau a permis le rapprochement de ces sciences, grâce notamment à l’invention du scaphandre autonome qui a favorisé le développement de la plongée scientifique et de l’archéologie sous-marine. Connu pour ses expéditions à travers le monde sur La Calypso et son œuvre cinématographique exceptionnelle, Jacques-Yves Cousteau, Directeur du  Musée océanographique pendant trois décennies, a aussi réalisé la première campagne mondiale d’archéologie sous-marine sur les épaves du Grand Congloué dans les Calanques de Marseille de 1952 à 1957.

[themoneytizer id=”3023-1″]

 

Aujourd’hui, la mer conserve encore de nombreux secrets, que ce soit en termes d’histoire engloutie ou de compréhension des écosystèmes marins. La technologie permet de repousser les limites de l’exploration sous-marine et de la pratique scientifique. S.A.S. le Prince Albert II soutient ce nouvel essor scientifique qui permet de percer de nouveaux mystères, de révéler les profondeurs marines dans le but de mieux protéger l’environnement marin.

A bord de l’André Malraux, les échanges ont largement porté sur le programme de robotique sous-marine à grande profondeur développé par le DRASSM (Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines). S.A.S. le Prince Albert II a pu découvrir les robots (ROV) utilisés par le DRASSM pour photographier et modéliser en 3D des épaves reposant à de grandes profondeurs comme le Danton (1025m) ou collecter des objets à plusieurs centaines de mètres de la surface. Les projets en cours, notamment autour du robot humanoïde Ocean One, qui permettront aux chercheurs de fouiller à grande profondeur avec la même sensibilité que s’ils étaient en plongée sur le site, sont extrêmement prometteurs. S.A.S. le Prince Albert II soutiendra leur usage tant en archéologie que pour l’étude des écosystèmes profonds.

La délégation de Monaco était composée comme suit : S.A.S. le Prince Albert II, S.E.M. Serge Telle, M. Patrice Cellario, Mme Marie-Pierre Gramaglia, M. Robert Calcagno, Pr. Patrick Rampal, M. Bernard d’Alessandri, Mme Armelle Roudaut-Lafon, M. Gérard Riou.

Partager

Laisser un commentaire