Coutot Roehrig : des enquêtes dignes du FBI

0

Coutot Roehrig existe depuis 1894 en France. Ce leader européen est spécialisé dans la généalogie et la recherche d’héritier, il aide de  nombreuses personnes.

Élodie Carlino, généalogiste et représentante de cette société à Monaco, explique son métier avec passion.
Digne de Sherlock Holmes, elle recherche des vivants dans le cadre de successions. « On part d’un défunt et on retrouve ses héritiers vivants ». Comme dans un épisode des Experts Miami, ils travaillent sur la localisation de personnes, toujours dans le cadre du successoral. « Dans ces cas-là, une rumeur court comme quoi le défunt aurait un fils. On mène une véritable enquête. On fait appel à un réseau qui couvre le monde entier. On a également un service d’enquête à Paris » explique Élodie.

Coutot Roehrig fait également de la vérification d’identité. Ils questionnent les amis, les proches, ils passent par l’état civil et peuvent utiliser d’autres sources si une personne se déclare héritière d’un défunt et qu’elle n’a pas de preuves.

« Nous sommes à 98% de réussite. Les échecs surviennent dans les pays où il n’y a pas de véritable états civils (Vietnam, Bali, etc.) »

Une fois l’héritier trouvé, le côté juridique prend le dessus, ce qui justifie la formation de cette généalogiste.
Élodie Carlino a une formation de notaire et faisait beaucoup de succession avant d’entrer dans l’entreprise. Elle est heureuse aujourd’hui d’affirmer qu’elle est restée dans la branche qui lui plaît. « Pour moi, la plus belle des choses est de trouver. C’est une véritable quête comme un détective. Vous ne savez jamais sur quelle histoire vous allez tomber. C’est ce que j’aime ».

L’anecdote d’Élodie
« C’est un de mes premiers dossiers qui m’a marqué ». Elle a été appelée dans une affaire, à première vue, très banale. Une dame était décédée et sa fille était venue chez le notaire pour régler la succession. Mais, après une enquête, Élodie s’est rendu compte qu’il y avait eu un premier mariage avec un autre enfant. Un fait que la fille de la défunte ignorait totalement. Le fils du premier mariage a été retrouvé et lui croyait que sa mère était morte à la guerre. Cette dernière l’avait abandonnée car il était né d’une faute avec un Allemand.
La découverte de cette histoire abracadabrante est un moment d’émotion qui a marqué la généalogiste.

Coutot Roehrig
Site web : ici
Téléphone : 97 77 33 76
Formulaire de contact : ici

[themoneytizer id=”3023-1″]
Partager

Laisser un commentaire