Accord de collaboration entre le CENTRE SCIENTIFIQUE de MONACO et HELSINN

0

Le projet a pour but le développement de nouveaux traitements du cancer du rein métastatique qui reste
incurable malgré les avancées remarquables de ces dernières années.

LOGO HELSINN
Lugano, Suisse, le 30 janvier, 2018 – Helsinn International Services, Sarl, filiale située à Monaco, du groupe pharmaceutique suisse spécialisé dans la fabrication de produits de qualité pour le traitement du cancer, et le Centre Scientifique de Monaco (CSM), annoncent avoir signé aujourd’hui un accord de collaboration pour soutenir un projet de recherche visant à développer des inhibiteurs pharmacologiques de la forme la plus courante de cancer du rein : le carcinome rénal à cellules claires (ccRCC).

Chaque année dans le monde, le ccRCC est diagnostiqué chez plus de 200000 patients et le nombre de patients affectés continue d’augmenter. L’actuel taux de survie des patients de stade IV à cinq ans est seulement de 10 à 20%. Bien que le traitement du ccRCC au cours de la dernière décennie soit passé d’une approche immunologique à une approche détruisant les vaisseaux sanguins tumoraux (anti-angiogénique) ou approche thérapeutique ciblée, la maladie rénale reste incurable dès lors qu’elle est métastatique.

grand_logo-csm
Des études portant sur les neuropilines (NRP) montrent leur sur-expression dans plusieurs tumeurs. Cependant, en oncologie, leur inhibition est encore, de nos jours, peu exploitée. Cette observation a été le déclencheur de ces recherches sur le potentiel des inhibiteurs des NRP dans le traitement du ccRCC. Ce projet sera développé par une doctorante, Aurore Dumond, sous la supervision du Dr Renaud Grépin et du Dr Gilles Pagès. Le titre du projet est : “Pertinence du ciblage des Neuropiline-1 (NRP1) et Neuropiline-2 (NRP-2) et de leurs ligands respectifs, les Facteurs de Croissance de l’Endothélium Vasculaire (VEGF-A) et de l’Endothélium Lymphatique
(VEGF-C) dans le ccRCC métastatique”.
Selon les termes de l’entente, Helsinn sponsorise la thèse de Mme Dumond au cours des trois
prochaines années.
“Nous sommes très heureux d’avoir conclu ce partenariat avec Helsinn, car cela nous permet de
développer une nouvelle recherche sur cette forme de cancer de plus en plus répandue dans le
monde”, a déclaré le professeur Rampal, président du CSM.

Riccardo Braglia, Vice Chairman et CEO du Groupe Helsinn, a ajouté : “La Principauté de Monaco
devient une plaque tournante dans les innovations technologiques, y compris les sciences de la
vie et nous sommes heureux de soutenir cette thèse. Le carcinome rénal à cellules claires est la
forme la plus courante de cancer du rein et nous sommes enthousiastes des perspectives que ce
projet pourrait apporter aux patients”.
A propos du groupe Helsinn
Helsinn est un groupe pharmaceutique privé qui dispose d’un vaste portefeuille de produits de soins
anticancéreux commercialisés ainsi que d’autres en développement. Depuis 1976, guidé par les valeurs
familiales fondamentales de respect, d’intégrité et de qualité, Helsinn améliore la vie quotidienne des
patients. Le Groupe intervient dans les domaines pharmaceutique, biotechnologique, de dispositifs
médicaux ainsi que de compléments nutritionnels. Le Groupe est également expert dans la recherche, le
développement, la fabrication et la commercialisation de produits thérapeutiques et de soutien pour le
cancer, la douleur, l’inflammation et la gastro-entérologie. En 2016, Helsinn a créé le Fonds d’investissement
Helsinn axé sur des “startups” dans des domaines où les besoins des patients ne sont pas encore satisfaits.
La société a son siège à Lugano, en Suisse, avec des filiales opérationnelles en Suisse, en Irlande, aux
États-Unis, à Monaco et en Chine et ses produits sont présents dans environ 190 pays dans le monde.
A propos du Centre Scientifique de Monaco
Le Centre Scientifique de Monaco (CSM) a été fondé en 1960 à la demande du Prince Rainier III, Prince de
Monaco, pour être l’Agence de Recherche Scientifique de la Principauté de Monaco. Initialement, le CSM
menait uniquement des recherches en biologie marine. Lors de son accession au trône en 2005, le Prince
Albert II a exprimé le souhait de développer le Centre, en créant deux nouveaux départements de
recherche : le département Biomédical et celui de Biologie Polaire. Soutenu par le Gouvernement de
Monaco, le CSM entretient des partenariats scientifiques avec diverses universités, instituts de recherche et
organisations internationales. Il est par ailleurs “Centre Collaborateur de l’Organisation mondiale de la
santé”.

Partager

Laisser un commentaire